/






» 
21, 2010 1:24 pm  adminsite

» 
12, 2010 1:00 pm  Mr ayadi Haikel

»  - 3 9 2010
04, 2010 5:23 pm  adminsite

»  ( / Bye )
04, 2010 4:54 pm  adminsite

» 
26, 2010 12:48 pm  adminsite

»  5
26, 2010 12:23 pm  adminsite

» 
23, 2010 2:24 am  adminsite

» 
22, 2010 1:36 pm  Mr ayadi Haikel

» 
22, 2010 1:04 pm  adminsite

0 0 , 0 0 :: 1


[ ]


17 09, 2009 7:37 am


    Insuffisance rnale


    mohjer ahmed



    : 118
    : 62
    : mohjer ahmed
    / : professeur de mathmatiques
    :
    50 / 10050 / 100

    : 09/03/2008

    Insuffisance rnale

       mohjer ahmed 26, 2008 12:29 pm


    <table><tr><td class="SurTitre" align="left">
    Insuffisance rnale
    </td></tr></table>

    La sensibilisation et la prvention restent les matres-mots
    Il
    y a trois ans, la Journe mondiale des reins a t institue
    linitiative de lAssociation mondiale de nphrologie et la Fdration
    internationale des tablissements des reins.

    Clbr
    le deuxime jeudi du mois de mars de chaque anne, cet vnement en est
    sa troisime dition. Il tire son importance de la gravit de
    linsuffisance rnale chronique, ses impacts et ses retombes sur les
    dpenses publiques.
    Une maladie qui ne cesse de svir et de gagner
    en charges mdicales et en nombre de patients. Son apparition est
    lorigine des infections lies certains microbes, des drglements
    spontans du systme immunitaire, ou encore labsorption de
    substances toxiques pour le rein, notamment certains mdicaments.

    Dautres causes comme lhypertension artrielle et le diabte, relve
    le Dr Fethi El Younsi, professeur en nphrologie et mdecin lhpital
    Charles-Nicolle, peuvent galement abmer les reins. Cest pourquoi
    leur dysfonctionnement impose, en effet, une dialyse permanente pour
    pouvoir purifier les dchets toxiques rsidus et les quantits deau
    retenues en excs. Un tat o lon peut parler dune insuffisance
    rnale chronique dont seule une opration de greffe demeure comme tant
    le traitement idal. A cet effet, seul un petit geste gnreux de don
    dorgane pourrait redonner vie et espoir. Il sagit l, au sens vrai du
    terme, dun vritable acte humaniste qui fait la diffrence.
    Mais la
    sensibilisation et la prvention restent, quand mme, le matre mot. Le
    fait denraciner une telle culture dans les esprits et les
    comportements devrait procder dune simple initiative sur terrain.
    Dans ce cadre, au cours de la semaine dernire, plus dun millier de
    consultations ont t effectues gratuitement partout dans les units
    dhmodialyse et les services publics de nphrologie travers les
    diffrentes rgions du pays.
    Une vaste campagne de dpistage prcoce
    vocation prventive a t pilote, sous les bons auspices de
    lAssociation tunisienne de nphrologie. Les bilans globaux sont encore
    en gestation. Celui relevant de lhpital Charles-Nicolle de Tunis a
    enregistr 390 consultations au total dont 164 nont rien signaler,
    affirmant, ainsi, que les sujets examins sont plutt normaux
    reprsentant de la sorte un peu plus de 42 %.
    Pour beaucoup
    dautres, ces diagnostics nont pas manqu de crer la surprise : 63
    patients, censs ne pas avoir dantcdent particulier, ont t
    atteints danomalies urinaires, alors quils ne le savaient pas. 28
    autres examins ont, hlas, dcouvert quils ont une hypertension
    artrielle, 9 diabtiques sont aussi hypertendus. Et le Dr El Younsi de
    souligner que ces patients demeurent beaucoup plus exposs un
    problme rnal. Leur tat de sant, a-t-il encore ajout, mrite un
    contrle rgulier et un suivi permanent.
    Toutefois, une certaine
    ngligence risque dentraner, la longue, une insuffisance rnale
    chronique, un stade terminal o les reins pourraient perdre toutes
    leurs forces de fonctionnement, en cdant le rle la machine de
    dialyse. Une sorte de traitement mcanique qui ne remplace en rien
    notre organe royal, mais qui ne cesse de faire souffrir les corps.

    Et pourtant, aux dires de Dr El Younsi, plus de 7.200 malades sont
    actuellement en hmodialyse, avec 120 nouveaux cas par million
    dhabitants chaque anne contre 52 nouveaux cas en 1993. La prise en
    charge de ces cas pse lourd puisquelle est estime 65 millions de
    dinars, soit 4 % du budget du ministre de la Sant publique. Des
    sommes faramineuses quon pourrait dpenser autrement si on dveloppait
    chez nous une nouvelle mentalit, celle de la prvention et du
    dpistage prcoce.
    Kamel FERCHICHI/LA PRESSE DU 26/03/2008


      / 22, 2017 2:52 pm